TOMBEAU POUR LES RARES


Présentation  : empruntant son nom au genre littéraire du Tombeau (déploration funèbre et monumentale), cette exposition est une suite de vingt-sept portraits d’écrivains réalisés par l'écrivain et peintre Nicolas Rozier accompagné dans l’édification du Tombeau par vingt-neuf écrivains. De septembre 2008 à novembre 2009, Nicolas Rozier a dessiné sur toile le portrait « intérieur » des écrivains qui lui sont chers : 27 auteurs défunts réunis en ce livre intitulée Tombeau pour les rares où Villon, Baudelaire et Artaud côtoient Ilarie Voronca, Gérald Neveu et Francis Giauque. Les écrivains du Tombeau, des poètes essentiellement, exceptés Léon Bloy et Van Gogh, sont ici réunis sous l’égide d’une « fragilité surpuissante », d’une faculté d’attaque dans le langage qui les distingue radicalement jusqu’au franchissement du mur des paroxysmes où la littérature devient une écriture de coeur. En vis-à-vis des portraits, Nicolas Rozier a invité 27 auteurs (dont Zéno Bianu, Pierre Dhainaut, Marie-Claire Bancquart, Jacques Ancet…) à écrire sur leurs grands aînés, le portrait écrit répondant au portrait dessiné.






SOMMAIRE



Nicolas ROZIER       Avant-propos 


Pierre DHAINAUT    Introduction 


Marcel MOREAU     Préface









LES RARES 

Olivier PENOT-LACASSAGNE                     Antonin Artaud
Jean-Yves MASSON                                       François Augiéras
Christophe VAN ROSSOM                            Charles Baudelaire
Pierre DHAINAUT                                          Maurice Blanchard
Michel FOURCADE                                        Léon Bloy
Jacques ANCET                                              Alain Borne
Eric FERRARI                                                 Paul Chaulot
Patrick LAUPIN                                               Luc Dietrich
Zéno BIANU                                                    Jean-Pierre Duprey
Charles DOBZYNSKI                                     Benjamin Fondane
Jean Pierre BEGOT                                        André Gaillard
José GALDO                                                   Francis Giauque
Marie-Hélène POPELARD                            Roger-Gilbert Lecomte
Marie-Claire BANCQUART                          André Laude
Alain MARC                                                    Laure
Didier MANYACH                                          Gérald Neveu
Christian DUFOURQUET                              Jacques Prevel
Daniel GIRAUD                                              André de Richaud
Jean-Yves BÉRIOU                                        Arthur Rimbaud
Éric BROGNIET                                             Armand Robin
Guy DAROL                                                    Stanislas Rodanski
Alain HOBÉ                                                     Colette Thomas
Guy BENOÎT                                                   Paul Valet
Marie BAUTHIAS                                          Vincent Van Gogh
Serge RIVRON                                               François Villon
Yves BUIN                                                       Ilarie Voronca
Muriel RICHARD-DUFOURQUET              Unica Zürn

Patrick KRÉMER                                           Le Soleil noir de la rareté
Arlette ALBERT-BIROT                               Extrême oxymore
Alain TOURNEUX & Gérard MARTIN

Nicolas ROZIER Avant propos (extrait) [...] Le portrait et les rares sont les mêmes parias, basculés ensemble depuis toujours au point peut-être d’exister l’un par l’autre, et les bouilles confites des vénérables musées, en regard du vrai portrait où un total dénuement se fait violence, les prélats aux joues rubicondes sont des montagnes d’abcès accrochées aux Alpes de l’ennui. Aujourd’hui, le portrait ne se laisse plus confondre. Descendu de ses bûchers, il s’est retiré. Il n’a plus rien à dire à son époque vomitive. Un feu définitif est mis à la table des juges. Mais il faut se féliciter de la réputation du portrait, réduit au genre de l’impasse, du temps perdu en « pure perte ». Cette vieille hargne touche à sa vérité première : celle d’une pureté si forte qu’elle éclate comme la pire des pertes. Le portrait est finalement détesté pour ce qu’il est : un courage insupportable de frontalité exténuante, à une époque où la ruse, l’astuce et leurs impuissances venimeuses sont devenues l’art officiel. [...] Mais le portrait, lui, n’a jamais tourné en rond dans certaines règles de l’art. Il s’est toujours battu pour donner la force des adieux à la vie percutante. L’art, si hospitalier aux tricheurs, son Eldorado de rongeurs se brûle à la lumière pourtant bien emmurée des visages sur papier les plus faméliques. Les piètres n’échappent pas à la fièvre de honte des dessins laissés à mourir. Face au dessin froissé sorti de son tiroir, même l’histrion perclus de cynisme aura un mouvement de recul. Ce n’est pas le fait de son mérite, ni d’une sensibilité refoulée qui ferait surface, c’est l’effet sur lui de la prière vivante murmurée aux accidents du papier. [...]

Pierre DHAINAUT ...dans l’errance le désir de poursuivre... (extraits)
[...] Qui sont ces « rares » dont parle Nicolas Rozier ? Et quel est ce « Tombeau » qu’il vient de leur consacrer ? Tant mieux si ce n’est pas à un inventaire exhaustif et impersonnel qu’il procède, il ne présente que les poètes qui l’ont marqué, dont la rencontre se renouvelle sans cesse. Les choix de la ferveur ne se discutent pas : à chacun de nous de les compléter. La ferveur ne classe pas, elle a besoin de Villon ou de Baudelaire ou de Jacques Prevel ou de Gérald Neveu : pas plus que l’époque où ils apparaissent, la célébrité ne définit les rares, il a suffi de quelques pages pour que Nicolas Rozier retienne, par exemple, Francis Giauque. Et c’est bien son premier mérite, ne tenir aucun compte des hiérarchies habituelles, ne faire confiance qu’aux affinités qui permettent de croire qu’une parole est nécessaire, quelles que soient les voies empruntées, le poème, le récit, le pamphlet, la lettre… [...] Il existe avec Nicolas Rozier une écoute visionnaire comme il existe un regard visionnaire, leur accord augmente nos pouvoirs d’approche. Des traits, des taches, un rythme avant tout, un rythme qui nous saisit d’un coup, nous n’en finissons pas ensuite d’aller et venir en lui : Nicolas Rozier se tient en permanence au coeur du mouvement comme il se rend à sa pointe. Il nous impose ainsi de nouvelles lectures, qui sont des portraits d’une oeuvre autant que d’un auteur. « Je ne veux parler qu’en visages », affirmait-il dans un poème de L’ espèce amicale, « tendre des visages de parole entière » : ce souhait, Tombeau pour les rares le réalise [...].

Marcel MOREAU Introduction (extrait).
[...] Nicolas Rozier fait oeuvre éminemment « printemporelle » en retournant son Tombeau pour les rares dans le sens d’une culmination de florilèges. D’où il ressort que les mots des gisants n’en finissent pas de respirer, et certains de danser, quand ceux de tant d’animés en sont encore à mendier des élans improbables auprès de la mécanique des platitudes. D’une poigne inspirée, éclaboussante de torsions à la manoeuvre entre visions exacerbées et désirs de quintessence, il projette à l’endroit où le Verbe qu’il aime est censé ne plus servir qu’à rédiger des épitaphes, des visages et des corps qui en recommencent l’écriture à ses enfantements d’avant la raison. Et quels visages et quels corps que ceux-ci, leurs tressaillements revenus, leur parole de même, plus retentissante que jamais, au sortir des ossuaires. On les dirait triturés du dedans par une dextérité, mieux : un duende, aussi à l’aise sur l’établi de l’orfèvre que sur l’enclume du ferronnier. Vue, écoutée, re-présentée par Rozier, l’insigne poésie des rares exhale un son inaugural, à l’inverse des commémoratifs. À croire qu’ils ont rendu l’âme deux fois, la première pour la voir quitter en silence l’enveloppe charnelle, la seconde pour en entendre les mouvements migratoires émettre un bruit de basse continue ou de trille inopiné, bref un peu de cette musique posthume des mots qui de leur vivant surent arracher du chant aux conglomérats mutiques et parmi eux tels ou tels non-dits en voie de fossilisation. [...]

EXPOSITIONS :

TOMBEAU POUR LES RARES NICOLAS ROZIER Portraits d’écrivains

Musée Arthur Rimbaud-Médiathèque « Voyelles » Quai Rimbaud 08000 Charleville Mézière
Exposition du 19 mars au 9 mai 2010. Rencontre-lecture le samedi 24 avril 2010 animée par Arlette Albert-Birot, Présidente du Marché de la Poésie. Présentation des oeuvres de Nicolas Rozier à 17 h, puis lectures, à la médiathèque Voyelles à partir de 18h30, en présence des écrivains Zéno Bianu, Eric Brogniet, Pierre Dhainaut, Olivier Penot- Lacassagne, Marie-Hélène Popelard et Christophe Van Rossom.
Halle Saint-Pierre 2, Rue Ronsard 75018 Paris
Exposition du 4 au 30 juin 2010 (10h/18h) vernissage-lectures le jeudi 3 juin à partir de 18h lectures le samedi 5 juin à 15h et le dimanche 13 juin à 18h

Centre Européen de Poésie d'Avignon  rue Figuière, Avignon
Exposition du 10 mars au 9 mai 2011
Rencontres / lectures avec Christian Dufourquet (pour Jacques Prevel), Patrick Laupin (pour Luc Dietrich) ; lecture par Muriel Richard-Dufourquet et Nicolas Rozier.

Nom :                             Prénom :
Adresse :
désire commander …. ex du Tombeau pour les rares au prix de 30 euros
Total =
Règlements : par chèque à l’ordre de Corlevour, sur notre site www.corlevour.fr ou par virement : IBAN : FR 48 20041 01012 4784508T033 29 BIC : PSSTFRPPSCE
EDITIONS DE CORLEVOUR / REVUE NUNC Rédaction : Rue Alphonse Hottat, 26 1050 BRUXELLES Belgique. Tél : +32 (0) 473 89 84 01 reginaldgaillard@aol.com SIÈGE SOCIAL : 97, rue Henri Barbusse 92110 CLICHY retrouvez nos publications sur www.corlevour.fr

Commander le livre sur le site des éditions de Corlevour




Portrait de Vincent Van Gogh, 150x120cm, 2009





Portrait de André de Richaud, 146x114cm, 2009


Portrait de Benjamin Fondane, 146x114cm, 2009